400

400Dans la veine des mini nouvelles de Félix Fénéon, voici 400 portraits des habitants de la cité du même nom. Un reportage surréaliste d’une société kaléidoscopique confirmant l’immense talent de Jan Thirion.

Extrait :
26 a la particularité d’avoir un grain de beauté mobile qui suit la course du soleil sur son visage.

La grand-mère de 27 ne veut pas un septième char d’assaut pour la fête des mères.

28 suit des cours de relaxation accélérés dans la cage des grands fauves.

Vedette de la télévision, 29 ne semble jamais vieillir à l’antenne depuis qu’il se présente avec une tête d’anchois.

30 est l’un des rares poètes courageux qui osent revendiquer sa haine des animaux de compagnie.

31 a le chic pour inviter ses amis à des barbecues sauvages au sommet des arbres.

32 pense qu’on ne peut faire fonction de grand serviteur de l’État qu’à la condition de savoir glisser des comptines dans ses discours.

33 est un architecte né coiffé d’un boa constrictor.

34 gagnerait à être connu pour son élégance naturelle à porter la camisole.

Avant propos

Dans  la cité des 400, on fait des rencontres étonnantes. Trois mots suffisent à chacun pour résumer sa vie. Tous portent en eux le bonheur et la tragédie comme des ampoules qui clignotent et les rendent lumineux dans la grande histoire de l’anonymat.

Je n’ai pas été bien loin pour faire mon recensement. J’ai simplement remonté la rue perpendiculaire à la mienne, une impasse aux quatre cents habitations réparties des deux côtés de la voie. Afin de respecter l’ordre numérique des habitations, je me suis déplacé en zigzaguant. Je propose un matériau brut, en précisant que j’ai préféré remplacer les noms des personnes par l’ordre croissant de 1 à 400 de la numérotation de la voirie, conformé-ment à mes déplacements de porte-à-porte. Les nombres permettent d’éviter la confusion des patronymes. On distingue mieux qui est qui.

A tour de rôle, j’ai conversé avec les habitants, et, de cet ensemble d’entretiens, je n’ai conservé que la substantifique moelle, ce qui permettait le mieux de définir la personnalité de chacun. Je rappelle qu’il ne s’agit que d’une base de travail dont je ne tire aucune conclusion, si ce n’est quelques banalités comme les préoccupations des uns et des autres sont très diversifiées, ou comme il faut de tout pour faire un monde. J’ai déjà bien du mal à évaluer ce qui m’anime, alors comment pourrais-je juger autrui ?
Jan Thirion

400

portraits
Jan Thirion
54 pages
prix 7€
EAN 9782369070108

Distribution Code B
ou achat en ligne sur le site SKA librairie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s