Erika

Erika

La nuit, la prison résonne du bruit de sa machine à écrire…

JE SAIS, ça en vaut pas la peine mais putain de dieu, ça en vaut le coup. Allez, mon Erika, au travail, ma fille ! Au boulot ! Oh oui, tu m’en as raconté des cochonneries, chuchoté des saloperies de cul pour me faire bander. A l’oreille sous mes caresses, tu m’en as dit. Oh ça oui, tu m’en as dit, tu m’en as hurlé… des grands mots d’amour ! Des gros mots d’amour ! Ah, ma salope… Viens, on va en enfer ; comme d’hab !

Hafed Benotman a écrit cette nouvelle au cours d’une résidence d’écrivain à Melle (Deux Sèvres). Ce monologue d’un prisonnier qui tape à la machine pour écrire ses propres histoires et pour rendre service aux détenus est empreint de vécu puisqu’il a passé 14 ans derrière les barreaux. C’est ce qui rend ce texte particulièrement émouvant, émotion que l’on ressentait lorsque l’auteur donnait Erika sur scène.Il est de notre point de vue caractéristique de l’œuvre de l’auteur incluant poésie, drôlerie, drame, sincérité, singularité, urgence,… bref une voix singulière dans les lettres noires contemporaines.  Hafed nous a quittés le 20 février 2015. Nous lui avions fait la promesse de sortir Erika en version papier.

Erika, Hafed Benotman, nouvelle, Editions du Horsain, version papier, 44 pages, EAN 978236907, 5 € Vente en ligne sur ska-librairie.net Accéder à la librairie numérique bouton 500 Existe en version numérique chez Ska

Voir extraits d’Erika sur scène

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s